Envoyez-nous vos réponses:

Quels avantages percevez-vous déjà ?

Quels changements aimeriez-vous voir perdurer ?

À quoi voudriez-vous prêter encore plus d’attention?

La première étape est souvent la plus pénible… et vous l’avez déjà franchie : vous avez pris la décision d’œuvrer au bénéfice de votre santé. Au début, tout se passe pour le mieux et vous êtes probablement animé d’une motivation décuplée. Mais il est normal qu’au bout d’un certain temps, elle s’essouffle quelque peu. Une mauvaise journée au travail, une période de stress, une dispute,…

Ces 7 conseils vous aideront à vous remettre en selle.

  1. Soyez réaliste. Fixez-vous des objectifs que vous pouvez atteindre. Ne nourrissez pas d’attentes trop élevées. Si vous projetez d’emblée de vous entraîner au moins 3x par semaine, vous serez vraisemblablement déçu si vous n’y parvenez pas.
  2. Définissez clairement le but que vous voulez atteindre. Formuler les choses explicitement vous aidera à les réaliser. À chaque étape, posez-vous la question : « Est-ce que cela m’aide à atteindre mon objectif ? ». Choisissez aussi un objectif SMART – spécifique, mesurable, accessible, réaliste et temporellement défini. Exemple : « En 3 mois, je veux pouvoir courir 5 kilomètres en 30 minutes ». Voyez même un cran plus loin : qu’est-ce que cela signifiera pour vous si vous y parvenez ? Qu’est-ce que ça représente pour vous ?
  3. Optez pour un plan qui comporte des actions concrètes. Comment allez-vous procéder pour atteindre votre but ? Les actions sont-elles concrètes, réalistes et réalisables ? Parviendrez-vous à les intégrer à votre vie quotidienne ? Planifiez-les longtemps à l’avance et tenez-vous à l’agenda fixé.
  4. Imaginez un plan de secours pour parer aux coups durs. Quels obstacles identifiez-vous qui pourraient contrecarrer l’exécution de votre plan ? Comment réagir un jour où vous êtes moins dans le coup ? Réfléchissez-y à l’avance et essayez d’imaginer une façon de rebondir si vous faites une entorse à votre programme. Cela vous aidera à mieux accepter les coups de mou et à vous reprendre en mains.
  5. Motivez-vous. Demandez-vous régulièrement si vous ne vous êtes pas fourvoyé. Évaluez votre évolution et corrigez le tir si nécessaire. Sollicitez le soutien de votre entourage, de votre conjoint, de vos amis ou de vos collègues.
  6. Échouer, cela arrive. Ce n’est pas chose aisée que de modifier son comportement et cela ne se fait pas en deux coups de cuiller à pot. Vous avez besoin d’un regard critique, mais aussi d’un regard bienveillant. Il peut arriver que les choses ne tournent pas comme vous le voudriez. Toute la question est de savoir comment vous allez gérer ces contretemps. Qu’allez-vous mettre en œuvre pour retrouver les bons rails ? Concoctez-vous une « boîte à outils » efficace qui vous aide à reprendre le droit chemin. Ne perdez pas de vue que chaque aube est celle d’un nouveau jour !
  7. Restez positif. Une attitude positive vous aide à persévérer. Ne vous focalisez pas sur tout ce à côté de quoi vous allez passer mais pensez plutôt à la voie à suivre : ce que vous allez changer et à quel point cela va être bénéfique. Car en fin de compte, que représente à vos yeux une vie débordante de vitalité et de santé ?

Pour induire un changement de comportement, il faut compter 9 à 12 semaines. Mais une fois cette période passée, les modifications induites sont devenues des habitudes et vous n’y pensez même plus. Rendez-vous dans 3 mois, donc !